Categorías
Uncategorized

El proceso judicial en la literatura española del Siglo de oro. Université Paris Nanterre (Paris. Francia)

Le procès et sa mise en scène

Droit et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or

Derecho y literatura en la España del Siglo de oro

El proceso judicial en el teatro y la prosa

 

Organisation: A. Merle (Univ. Caen, ERLIS, EA4254), Ph. Rabaté, Ch. Couderc, A. Pelegri (Univ. Paris Nanterre, CRIIA, EA 369)

Date(s)

du 1 février 2018 au 2 février 2018

Lieu(x)

Bâtiment W (Max Weber)
Le 1er février 2018, salle des conférences du bâtiment Max Weber, Université Paris Nanterre
Le 2 février 2018, salle de séminaire 2 du bâtiment Max Weber, Université Paris Nanterre

Présentation

Au fondement de cette première rencontre est l’idée qu’il conviendrait de s’intéresser à la scène de procès dans la littérature espagnole du Siècle d’or : plus précisément, à la présence, à la fréquence et à la signification de la fictionnalisation du procès. Cette question, qui a pu être étudiée pour la littérature française ou anglophone , ne semble pas avoir généré une abondante littérature critique du côté de l’hispanisme pour ce qui concerne le Siècle d’or.

La littérature dramatique, par son abondance comme par la variété de ses formes, constitue un premier champ d’exploration a priori fécond, notamment du fait de l’importance que peut avoir le procès, sous différentes facettes, dans le théâtre tragique. Vernant et Vidal-Naquet (lequel se disait marqué par l’interprétation hégélienne d’Antigone) lisaient la tragédie grecque comme l’expression d’un moment historique où entrent en conflit des formes de droit ou des lois différentes, donnant à voir mise en mots et en actes « une pensée juridique en plein travail d’élaboration ». Le théâtre de l’époque moderne, et pas seulement dans son versant tragique (et pas uniquement en Espagne), joue volontiers avec des motifs et des notions tels que l’aveu/la confession, l’accusation (vraie ou fausse), l’enquête et l’obtention de la preuve, la faute et sa rétribution, la culpabilité, la justice, la loi. Le traitement judiciaire de la violence et de sa résolution s’y trouve ainsi communément représenté, de façon plus variée que par la stricte mise en scène du procès : la judiciarisation peut informer l’intrigue à des degrés divers, ou encore se laisser voir dans des moments particulièrement significatifs (le monologue de délibération, par exemple) ou expliquer l’inflexion du langage employé par les personnages pris dans la joute oratoire (cf. l’agon de la tragédie antique). Cet aspect a notamment été étudié par Christian Biet qui a relevé dans la tragédie classique française la forte présence du langage et des structures judiciaires (persuader, parvenir à une sentence, juger, condamner, exécuter, etc.) et qui a développé plus récemment une lecture du théâtre comme cérémonie ou comme séance où le public serait « saisi » d’un fait particulièrement violent pour en statuer — le théâtre disant finalement la norme mais non sans la mettre en débat et en question .

La variété thématique et formelle qui caractérise le théâtre espagnol du Siècle d’or permet ainsi d’y trouver maintes expressions d’une pensée ou d’une culture judiciaires : des procès sont présents dans l’auto sacramental comme dans la comedia de santos ; au cœur du processus de destruction/restauration de l’ordre qui gouverne la comedia, les dramaturges ont volontiers recours au personnage du roi, faisant preuve de clémence ou au contraire de cruauté et d’arbitraire ; l’absence de procès peut aussi interroger, comme dans le cas de la figure de la Serrana de la Vera, justiciada après avoir renversé l’ordre existant et avoir refusé de déléguer à une quelconque instance médiatrice sa vengeance, suivant par là une loi du cœur qui se rapproche de celle d’Antigone privilégiant les devoirs familiaux (sépulture d’un de ses frères) malgré l’interdiction de Créon.

Représenté tel quel ou diffracté dans l’intrigue fictionnelle, le procès se trouve également au cœur des dispositifs de la narration, notamment dans la littérature picaresque, qui accorde une place de choix aux notions de caso et de confession — Michel Cavillac rapprochait ainsi la confesión general du galérien créé par Mateo Alemán de la figure du « juge-pénitent » de La chute de Camus. Dès le Lazarillo de Tormes, en effet, le récit, loin de n’être que la justification du déshonneur final du protagoniste, offre un exposé systématique et ab initio de la vie du crieur de vin en offrant à la première personne des territoires jusque là inexplorés en s’inspirant des procès inquisitoriaux (ainsi que l’affirme Antonio Gómez-Moriana). Mateo Alemán procéda de son côté en 1593 à l’interrogation d’une douzaine de mineurs d’Almadén, magnifique document juridique exhumé jadis par Germán Bleiberg et qui est considéré comme l’une des sources directes du Guzmán de Alfarache. Francisco de Quevedo sut ainsi identifier et renverser cette confession « à décharge », si l’on peut dire, qui constitue un véritable paradoxe, le héros picaresque prétendant abolir ses méfaits et sa culpabilité en nous livrant un récit détaillé de ceux-ci.

Cette première rencontre s’insère dans un projet plus vaste qui nous permettra d’élargir la réflexion aux rapports qu’entretiennent les régimes judiciaire/juridique et littéraires, deux territoires étroitement imbriqués : il pourra s’agir d’étudier les formes discursives des controverses les plus célèbres du XVIe siècle – notamment celles où s’illustrèrent les figures de l’École de Salamanque, dont on trouvera nombre d’échos dans la littérature de fiction – ou de se demander en quoi les lettres suivent des modèles discursifs juridiques, nombre d’écrivains du Siècle d’or ayant suivi une formation de Leyes . Leur poétique et leur rhétorique ne sont-elles pas largement tributaires d’une fascination pour le Droit (et sa vaste gamme de procédures contentieuses) qui est devenue l’une des spécialités espagnoles les plus prisées dès les Rois Catholiques, et peut-être plus tôt encore, si l’on en croit la mythographie référée aux rois législateurs tel Alphonse le Sage ?

Ces différents axes de réflexion pourront être exploités lors de cette première rencontre organisée les 1er et 2 février 2018.

Avec la participation de :

Christian Biet, Jean Canavaggio, Fausta Antonucci, Florence d’Artois, Anne Cayuela, Amélie Djondo, Karine Durin, Rafael González Cañal, Isabel Ibáñez, Sònia Boadas, Elena Cantarino, Christine Marguet, Antonio Sánchez Jiménez

–>

 

 

Categorías
Uncategorized

Ruolo Sociale dell’Avvocatura tra Diritto e Letteratura. Ordine Avvocati di Siracusa (Italia)

Categorías
Uncategorized

Aniversario de la liberación de Auschwitz-Birkenau

27/01/1945. Liberación de 1945 Auschwitz-Birkenau

Categorías
Uncategorized

Incesto y novela gótica. Novedad bibliográfica

Jenny DiPlacidi

Gothic incest. Gender, sexuality and transgression

Manchester: Manchester University Press, 2018, 328 pp.

ISBN: 97817849-93061

The first full-length study of incest in the Gothic
genre, this book argues that Gothic writers resisted the power structures of
their society through incestuous desires. It provides interdisciplinary
readings of incest within father-daughter, sibling, mother-son, cousin and
uncle-niece relationships in texts by authors including Emily Brontë, Eliza
Parsons, Ann Radcliffe and Eleanor Sleath. The analyses, underpinned by
historical, literary and cultural contexts, reveal that the incest thematic
allowed writers to explore a range of related sexual, social and legal
concerns. Through representations of incest, Gothic writers modelled
alternative agencies, sexualities and family structures that remain relevant
today.

Jenny
DiPlacidi
is Lecturer in Eighteenth-Century Studies
and Romanticism at the University of Kent

Categorías
Uncategorized

Derecho y Literatura en Alemania. Sobre discrepancias entre Derecho y el sentido jurídico

Katharina Döderlein

Die Diskrepanz zwischen Recht und Rechtsgefühl
in der Literatur: Ein dramatischer Dualismus von Heinrich von Kleist bis Martin
Walser

Königshausen u. Neumann (Epistemata,
Reihe Literaturwissenschaft. 877
), 2017, 340 pp.

ISBN: 9783826062285

Eine Kongruenz von subjektivem Rechtsgefühl und
objektiver Rechtsordnung ist nicht selbstverständlich gegeben. Die Gründe für
eine Diskrepanz sind vielfältig: Sie reichen von persönlich motivierter
Interessenverfolgung über das Versagen des Rechtssystems bis hin zum Ansinnen
einer vermutlich utopischen Harmonie von Recht, Gerechtigkeit und Humanität.
Ganz gleich auf welche Weise die Diskrepanz zustande kommt, mündet sie stets in
eine antithetische Konfliktsituation zwischen subjektivem Anspruch und
objektiver Vorgabe, aus der ein ‚dramatischer Dualismus‘ erwächst. Anhand
ausgewählter literarischer Prosatexte vom 19. Jahrhundert bis zur Gegenwart,
wie Michael Kohlhaas, Die Judenbuche und Finks Krieg, wird
die Diskrepanz zwischen Recht und Rechtsgefühl aus literaturwissenschaftlicher
Perspektive durchleuchtet. Die Deutung des historischen Kontexts und der
vorherrschenden Rechtsauffassung des jeweiligen literarischen ‚Fallbeispiels‘
soll den interdisziplinären Diskurs zwischen Literatur und Recht beleben.

 

Katharina Döderleinstudierte Germanistik und Romanistik an der
Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg und dem Institut Catholique de Paris.

Categorías
Uncategorized

Geografía intercultural de la recepción kafkiana. Turquía

Süreyya Ilkilic

Kafka in der Türkei

Rezeption von Kafkas Werken in der Türkei und ihre
Einflüsse auf die moderne türkische Literatur

Würzburg: Königshausen u. Neumann, 2016, 342 pp.

ISBN: 9783826059827

Ohne Zweifel gehört Franz Kafka zu den weltweit
meistgelesenen und zugleich am unterschiedlichsten interpretierten Autoren der
deutschsprachigen Literatur. So begannen auch in der Türkei schon in den 1950er
Jahren Arbeiten zur Übersetzungen seiner Werke ins Türkische. Diese
Übersetzungen haben ihrerseits die Entwicklung der modernen türkischen
Literatur und der intellektuellen Welt des Landes nachhaltig geprägt. Spannend
ist die Untersuchung der Rezeption von Kafkas Werken in einem Land wie der
Türkei aus verschiedenen Gründen: Nicht nur in ihren gesellschaftlichen
Strukturen, sondern auch bezüglich ihrer kulturellen Dynamiken unterscheidet
sich die Türkei von dem Land, in dem Franz Kafka aufwuchs und sozialisiert
wurde. Daraus ergeben sich divergierende Rezeptionsbedingungen, die für eine
interkulturell orientierte Literaturwissenschaft zukunftsweisende
Forschungsfragen aufwerfen. Gegenstand des Buches ist der Einfluss von Kafkas
Werken auf die moderne türkische Literatur und Literaturwissenschaft aus dem
Blickwinkel kulturhistorischer und gesellschaftspolitischer Entwicklungen des
Landes. Abgerundet wird die Arbeit durch einen systematischen sprachlichen
Vergleich von Kafkas Erzählung ,Die Verwandlung’ mit drei ausgewählten
türkischen Übersetzungen der Geschichte.

Süreyya Ilkilicstudierte Neuere Deutsche Literatur, Linguistik und Orientalistik an der
Ruhr-Universität Bochum und Eberhard Karls-Universität Tübingen. Im Jahr 2015
promovierte sie mit der vorliegenden Arbeit im Fach Germanistik an der
Universität Tübingen.

 

XXX

Una
aproximación a la recepción pasiva de Kafka en Turquía puede consultarse la
entrada Kafka in der Türkei, de Sezer Duru  (Accesible en: http://www.geisteswissenschaften-in-sachsen.de/kulturraeume/kafka-atlas/laender-artikel/kafka-in-der-turkei)

Acerca de la
recepción activa y pasiva de Kafka en España e Iberoamérica hago recordatorio
de

 

Kafka en las dos orillas.Antología dela recepción
crítica española e
hispanoamericana,Elisa Martínez Salazar y Julieta Yelin (ed.lit.)[Prensas de la Universidad de Zaragoza, Zaragoza, 2014,
394 pp.ISBN: 9788415770572]
reseñado en este blog y accesible en https://mixcelanea.es/iuridisctio/2015/05/kafka-interocontinental-espana.html

Categorías
Uncategorized

En la memoria literaria de Hannah Arendt

Hannah Arendt y
la literatura

Nuria Sánchez
Madrid (ed)

Barcelona:
Bellaterra, 2016, 200 pp.

ISBN
9788472907836

Siempre en las
caceras de la reflexión de Hannah Arendt, la literatura ocupa un papel
destacado para esta pensadora sobresaliente del atribulado siglo xx. No en
vano, Arendt considera a la escritura el artefacto más libre de todas las obras
mundanas, por cuanto una vez materializada continúa inspirando a los agentes y
revelando sentidos insospechados bajo lo que parecía bien conocido. La poesía,
el teatro y el relato reconcilian de manera natural la libertad de la acción
con los límites de la narración y hacen de la palabra una insondable fuente de
sentido. Este volumen se propone obrar como juego de ganzúas frente a los
diálogos que Arendt mantuvo a lo largo de su vida con la literatura de Homero,
Lessing, Kafka, Proust, Broch, Brecht y Dinesen —y la memoria del mundo que
dibujan—, sobre los que se escucha el bajo continuo emitido por Kipling,
Faulkner y Auden, quizás los autores que motivarán los más profundos
pensamientos arendtianos sobre la condición humana, el tiempo, la acción y la
verdad.

Categorías
Uncategorized

Napoleón, el hacedor

Napoléon et le droit

Thierry Lentz (dir.)

Paris :CNRS Editions, 2017, 288 pp.

ISBN :9782271115089

Rares sont
les époques où le droit a autant été au centre de la pensée des hommes et de
l’action des États que sous le Consulat et l’Empire. Ce « retour des juristes »
– Cambacérès, Roederer, Merlin de Douai, Boulay de la Meurthe, etc. – conduits
par un chef d’État qui ne l’était pas, a permis de trancher les grandes
questions, de rendre pratiques les idées retenues, d’écrire le Code et les
codes, de stabiliser les institutions, de redessiner l’organisation judiciaire
et tant d’autres choses encore dont par exemple les uniformes des magistrats ou
les travaux d’aménagement du Palais de justice de Paris. L’œuvre est
considérable. Elle est largement pérenne : en dépit des adaptations
nécessaires, l’héritage de cette « décennie » foisonnante vit encore au cœur
des systèmes juridiques français et européens.

Une
trentaine d’historiens et de juristes européens en reprennent l’histoire à la
lumière des recherches récentes, en dressent un nouveau bilan et confrontent
leurs avis sur la modernité ou l’actualité des racines napoléoniennes de notre
droit.

Thierry
Lentz
,
historien et directeur de la Fondation Napoléon, a publié ou dirigé une
trentaine d’ouvrages sur le Consulat et l’Empire. On lui doit notamment une
Nouvelle
histoire du Premier Empire (Fayard, 2002-2010), La conspiration du général
Malet. 23 octobre 1812 (Perrin, 2012) et, plus récemment, un remarqué Waterloo.
Il est secrétaire général du Comité pour l’édition de la correspondance de
Napoléon.

XXX-XXX

 

 

 

Napoléon Bonaparte présentant le code civil à l’impératrice Joséphine (1808)

François-Anne David (1741-1824)

 

Categorías
Uncategorized

La Literatura como recurso filosófico

 

Christophe
Bardyn

Philosopher avec les oeuvres littéraires

Paris:
Armand Colin, 2016, 304 pp.

ISBN:
9782200611866

Les grandes œuvres littéraires offrent une porte d’entrée
passionnante pour toutes les problématiques principales de la philosophie.
Quand il s’agit des classiques, les textes littéraires ne doivent pas être
considérés comme de simples supports, prétextes finalement vite oubliés avant
de passer aux débats d’idées. Plus souvent qu’on ne l’imagine, une œuvre
littéraire a posé un concept, voire défini une problématique, bien avant qu’un
philosophe ne s’en empare et ne les travaille sur un plan logique.

En suivant le fil directeur du programme de philosophie des classes de
terminale
, ce manuel offre aux étudiants et aux enseignants de littérature,
de philosophie, mais aussi d’histoire, une véritable initiation au fondement
de la culture générale, socle commun de la formation du citoyen par l’école

– où l’on apprendra, par exemple, en quoi Don Quichotte annonce
Descartes, ou comment comprendre Rousseau avec Robinson Crusoé.

 

Introduction.

LE SUJET

Terence, Héautontimorumenos
(La personne humaine)

Villon, Le Testament (Le
sujet moderne)

Rabelais, Pantagruel (Le
désir infini)

Tirso De Molina, L’abuseur
de Séville (L’homme absurde)

Lewis Caroll, Les Aventures
d’Alice au pays des merveilles (L’interprétation des rêves).
Stevenson, L’étrange
cas du Docteur Jekyll et de Mr Hyde (Le conscient et l’inconscient)

Kafka, La Métamorphose
(L’existence)
.

LA CULTURE

Euripide, Médée (La
barbarie)

Eschyle, Prométhée enchaîné
(La technique)
.

Aristophane, Les Oiseaux
(La religion)

Swift, Les Voyages de
Gulliver (L’animal dénaturé)

Defoe, Robinson Crusoé (La
perfectibilité)

Balzac, le chef d’œuvre
inconnu (Le génie)

Zola, Les Rougon-Macquart (Le
déterminisme historique).

LA RAISON ET LE RÉEL

Homère, Hymne à Hermès
(L’interprétation)
.

Ovide, Les Métamorphoses
(Forme et matière)

Cervantes, Don Quichotte
(Idéalisme et empirisme)
. Calderón, La vie est un songe (L’expérience
scientifique)

Hoffmann, L’homme au sable
(L’inquiétante étrangeté)

Poe, Le mystère de Marie
Roget (L’induction)

Mary Shelley, Frankenstein
(La science du vivant)
.

LA MORALE

Sophocle, Ajax (Nul n’est
méchant volontairement)

Homère, L’île de Calypso
(Le bien et le plaisir)

Virgile, Énéide (Le devoir

Guillaume De Lorris, Le
Roman de la Rose (Le libre arbitre)

Corneille, Le Cid (La
générosité)

Goldoni, La Villégiature
(Le nihilisme)

Sade, Dialogue entre un
prêtre et un moribond (Par-delà bien et mal)
.

LA POLITIQUE

Euripide, Le Cyclope
(L’homme sans la cité et l’état de nature)

Hésiode, Les Travaux et les
Jours (La justice)
. Eschyle, L’Orestie (La vengeance et le droit)

Sophocle, Antigone (La loi
naturelle)

Aristophane, Lysistrata et
L’Assemblée des femmes (Le meilleur régime)

Le Roman de
Renart (Le machiavélisme)

Shakespeare, La Tempête

Rousseau, Le contrat
social)
. Conclusion

Sollers, Une vie divine

Index.

 

Christophe Bardyn.Agrégé et docteur en philosophie,
Christophe Bardyn est chargé de cours dans l’enseignement supérieur. Il a
publié une biographie de Montaigne (Montaigne: la splendeur de la liberté, Paris: Flammarion, 2017, 543 pp. ISBN: 9782081251618)

 

Categorías
Uncategorized

Franz Kafka’s A Country Doctor (Japanese video/English Subtitle), por Koji Yamamura

 

Franz Kafka’s A Country Doctor, por Koji Yasmamuro